Déclaration conjointe de partis nord-américains

Communist Party of the USA

Parti communiste du Canada

Partido de los Comunistas de México

Partido Popular Socialista de México

Le Sommet du 20 et du 21 août, qui réunira le premier ministre du Canada, Stephen Harper, le président des États-Unis, George W. Bush et le président du Mexique, Felipe Calderón, et les ententes qui seront établies dans le cadre du “Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité” (PSP), élément central des discussion de cette rencontre, constituent une grave menace pour les droits démocratiques et sociaux des peuples du Canada, des États-Unis et du Mexique, pour la souveraineté nationale de nos pays respectifs et pour la cause de la paix.

Nous, partis signataires de cette déclaration, nous nous unissons aux différents mouvements, syndicaux, anti-guerre, de défense de l’environnement, sociaux et populaires, pour dénoncer l’agenda défini par les grandes entreprises en fonction de leurs intérêts, que les ententes du PSP cherchent à imposer aux peuples de nos pays. Nous lançons un appel à la mobilisation générale, la plus large possible, des syndicats et des autres forces populaires pour bloquer et faire dérailler cette “initiative” dangereuse et réactionnaire.

Les forces de classe qui dirigent vraiment le PSP sont constituées par les entreprises les plus importantes et les grandes banques. Elles agissent par l’intermédiaire des nombreux centres de recherche politique, les «think tanks», tels que le Conseil canadien des chefs d’entreprise (Canada), le Center for Strategic and International Studies (États-Unis), le Centro de Investigación y Docencia Económicas (CIDE) (Mexique), le«Conference Board» du Canada et le Council on Foreign Relations (États-Unis). Le nouveau «Conseil nord-américain de la compétitivité», composé de dix des plus importants chefs d’entreprise de chacun des trois pays, dirige le processus du PSP de façon à s’assurer que «les gouvernements se tournent vers le secteur privé pour que ce dernier leur dise quoi faire». Parmi les grandes entreprises représentées au sein du Conseil nous retrouvons Lockheed Martin, Wal-Mart, Exxon, General Motors, Home Depot, GE, Ford, Wal-Mart, Merck et Chevron.

Selon les grandes entreprises qui parrainent le PSP, ce dernier vise «à approfondir l’intégration nord-américaine (...), à transformer les trois pays et à établir la dynamique d’une nouvelle économie continentale». Il créerait une nouvelle «architecture nord-américaine de sécurité» commune, «sécuriserait les réseaux de ressources énergétiques et stratégiques nécessaires au maintient de compétitivité» et imposerait une seule «réglementation régionale harmonisée», qui régirait presque tous les aspects de la vie économique et sociale, «l’agriculture, l’eau, la santé et les services d’urgence, l’énergie (électrique, nucléaire, hydraulique, gazière et pétrolière), les réseaux d’information et de télécommunications, ainsi que les systèmes bancaires et financiers».

En d’autres termes, le PSP est une voie express vers la création d’une «Union nord-américaine», qui serait fermement dominée par l’impérialisme états-unien au profit de ses entreprises transnationales et de ses banques. Le PSP consoliderait le contrôle des grandes entreprises sur l’énergie, l’eau et les autres ressources naturelles du continent, réduirait davantage les droits des travailleuses/eurs et les droits, accélérerait la privatisation des services publics tels que les soins de santé et l’éducation et renforcerait la campagne de militarisation menée par le gouvernement Bush dans le cadre de la prétendue “guerre au terrorisme”.

Les travailleuses/eurs, les femmes, les nations autochtones, les immigrantes/ants, les personnes de couleur, ainsi que toutes les personnes qui luttent pour défendre les droits démocratiques, pour s’opposer aux guerres et aux agressions et pour préserver notre environnement, c’est-à-dire la majorité des citoyennes et des citoyens de nos trois pays, ont pour intérêt commun d’éliminer ce dangereux plan favorable aux grandes entreprises. En tant que peuples voisins, nous luttons pour resserrer les liens de collaboration et d’amitié qui nous unissent au-delà de nos frontières. Mais, en même temps, nous rejetons catégoriquement toute tentative faite par Exxon, Wal-Mart, Lockheed Martin et leurs semblables, ainsi que par leurs gouvernements de droite, de dicter notre avenir ou de détruire les droits de nos peuples souverains.

Unissons-nous pour bloquer et vaincre le “Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité “ (PSP)!